Les logiciels Deuchnord

[HS] Comment activer le mode « hibernation » sous Arch Linux ?

Voilà environ un an et demie que j'utilise comme système principal Arch Linux, et j'avais depuis un souci, pas spécialement majeur, mais un peu pénible : par défaut, la distribution n'active pas le mode hibernation (connu par les Windowsiens sous le nom de veille prolongée), de ce que j'ai compris pour des raisons de stabilité, certains modèles d'ordinateurs pouvant avoir quelques problèmes avec cela.

Pour mémoire, le mode hibernation est semblable au mode veille, si ce n'est que là où le mode veille sauvegarde son état dans la mémoire vive avant de se mettre dans un état que je qualifierai de « second » (tout est arrêté, à l'exception, justement de la mémoire vive, cette dernière ayant besoin de courant électrique pour conserver son contenu), l'hibernation le sauvegarde sur le disque dur ou le SSD avant d'éteindre complètement l'ordinateur, lui conférant donc l'avantage de ne consommer absolument rien en courant électrique.

Sous Arch Linux, donc, une petite manipulation est nécessaire pour permettre l'activation de cette fonctionnalité ma foi très utile quand on n'a plus de batterie mais qu'on ne veut pas tout fermer.

NB: cette manipulation a été réalisée avec succès sur un Dell XPS L501X ainsi qu'un Asus 1015CX, tous deux exécutant Arch Linux. Bien que je n'aie pas testé, cela devrait pouvoir fonctionner également sur les distributions dérivées d'Arch.

NB2: je suppose ici que vous utilisez Grub comme chargeur de démarrage. Si ce n'est pas le cas, vous devrez adapter la manipulation.

Prérequis

Le noyau Linux sauvegardant son état dans la partition d'échange (swap) du disque dur, il faut avant tout vérifier que vous en possédez bien une. Pour ma part, ma partition d'échange a une taille de 4,7 Go, soit un peu plus que la quantité de mémoire vive. Généralement, je recommande d'allouer au moins la taille de la RAM en swap.

Si vous n'avez pas de partition d'échange, commencez par en créer une.

Configuration de Grub

Commencez par ouvrir le fichier /etc/default/grub. Il s'agit du fichier utilisé par le programme de génération de la configuration de grub. Vous devriez y trouver la ligne ci-dessous (chez moi, il se trouve à la ligne 4) :

GRUB_CMDLINE_LINUX_DEFAULT="quiet"

Ajoutez simplement après quiet ceci : resume=/chemin/vers/le/swap. Chez moi, la ligne ressemble donc à ceci (sda6 étant le nom donné par mon système à la partition d'échange) :

GRUB_CMDLINE_LINUX_DEFAULT="quiet resume=/dev/sda6"

Enregistrez et fermez, puis lancez la commande suivante pour générer la nouvelle configuration de Grub :

bash sudo grub-mkconfig -o /boot/grub/grub.cfg

Configuration du noyau

La deuxième étape consiste à ajouter un greffon (hook) au noyau afin de lui permettre de récupérer d'une hibernation.

Ouvrez le fichier /etc/mkinitcpio.conf et recherchez la ligne commençant par HOOKS=. Chez moi, elle se trouve à la ligne 52 et a pour valeur la chaîne suivante :

HOOKS="base udev autodetect modconf block filesystems keyboard fsck"

Ajoutez simplement resume dans cette chaîne. Attention, ce greffon doit être positionné après le greffon udev !

Voici ma ligne modifiée :

HOOKS="base udev resume autodetect modconf block filesystems keyboard fsck"

Enregistrez et fermez. Il ne reste plus qu'à reconstruire l'initramfs pour prendre en compte le changement, et le tour est joué :

sudo mkinitcpio -p linux

Voilà, désormais, votre Arch Linux est capable d'hiberner et de sortir de son hibernation correctement ! 🙂

Jérôme Deuchnord, le 06/11/2016 - Commentaires

Nouveau projet : Augabis

Cette année, j'entre en dernière année de master d'Informatique, et plus précisément en spécialité e-Services à l'Université Lille 1. Une de mes matière, nommée élégamment Platine, consiste à « créer l'application que vous avez toujours rêvé réaliser ».

C'est dans le cadre de cette matière que je suis heureux de vous annoncer le début du développement d'un nouveau projet  : Augabis !

Qu'est-ce qu'Augabis ?

Augabis (nom issu du mot allemand Aufgabenliste, littéralement « liste de tâches »), est une application Web open source et auto-hébergée (c'est-à-dire que chacun peut le télécharger et l'installer sur son propre serveur) permettant de gérer ses tâches à réaliser à la manière d'Evernote, Todoist ou Google Keep. Il s'inscrit ainsi, d'une certaine manière, dans la campagne Dégooglisons Internet lancée par Framasoft (bien que ce ne soit pas le but initial, cela plaira certainement à certains).

Augabis sera écrit en PHP 7 (avec une rétrocompatibilité PHP 5.4 minimum) et reposera sur une base de données MySQL/MariaDB, ainsi que les habituels HTML5, CSS3 et JavaScript (avec JQuery), et sera délivré sous licence GNU GPL v3.

Où en est le développement ?

Le projet n'est pour le moment qu'à ses prémisses. Cependant, le but est que le projet soit fonctionnel pour la fin du semestre.

Cependant, sachez que vous pouvez suivre le développement sur le blog dédié au projet, lequel sera fréquemment mis à jour. Le site est en anglais, car le projet s'adresse à l'international. Cependant, pas d'inquiétude, l'application sera multilingue, et sera donc, dès sa sortie, disponible dans les langues suivantes :

  • Anglais (langue par défaut)
  • Français
  • Chinois (la langue natale de mon binôme)

J'aimerais d'ailleurs remercier mon ami Yucheng qui s'est proposé pour participer au développement d'Augabis, et que vous retrouverez sur le blog du projet, puisqu'il l'alimentera également. J'en profite également pour remercier Monsieur Jean-Claude Tarby, enseignant-chercheur dans l'équipe CARBON dans les laboratoires CRIStAL et maître de conférence en charge de la matière Platine, ainsi que Cédric, ancien étudiant de master, qui nous coachera pendant le semestre.

Voilà, j'espère que le projet vous plaira 🙂

Image du site Augabis Your tasks. Your manager.

Jérôme Deuchnord, le 09/10/2016 - Commentaires

PhoneJuice Checker ouvert à la localisation

Hello !

Je publie rapidement pour signaler que j’ai ouvert un Get Localization afin de permettre à tout le monde de traduire les chaînes de PhoneJuice Checker !

Le principe est très simple : j’ai déposé les textes (en anglais) présents dans l’application. Si vous parlez suffisamment bien une langue étrangère, vous pouvez alors proposer une traduction 🙂

Pour le moment, j’ai ouvert la traduction en allemand, italien, espagnol, portugais (du Portugal), grec, mandarin et japonais. Si vous voulez traduire dans une autre langue, n’hésitez pas à demander, je l’ajouterai (sauf le français, pour une raison évidente…) 🙂

Si vous voulez participer, c’est ici !

Jérôme Deuchnord, le 09/07/2016 - Commentaires

Nouvelle version pour PhoneJuice Checker

Un court article pour vous informer que je viens de publier la version 1.2 de PhoneJuice Checker.

Peu de nouveautés, mais quelles nouveautés !

  • L'application sur la montre a été totalement refondue : l'interface moche des versions 1.0 et 1.1 appartiennent désormais au passé ! Exit, la barre de progression, désormais, c'est tout l'écran qui se remplit selon la charge de votre batterie. Le tout est animé afin d'offrir un rendu bien plus sexy qu'avant.
  • Amélioration des notifications : jusqu'ici, les notifications n'étaient pas très pratiques. En particulier, celle chargée d'annoncer que la batterie du téléphone est déchargée (c'est très bizarre, dit comme ça) indiquait le pourcentage de batterie restante, mais ce pourcentage n'était pas mis à jour.
    J'ai donc opté pour une solution qui me semble plus adaptée au contexte : désormais, la notification n'indiquera plus le pourcentage, et un bouton fait son apparition afin d'ouvrir l'application et, ainsi, de visualiser le niveau de batterie réel (ce bouton est accessible en glissant le doigt vers la gauche sur la notification).

J'ai fait le choix de ne pas mettre à jour le pourcentage directement dans la notification pour la simple raison que cela aurait nécessité que le téléphone envoie régulièrement son pourcentage de batterie à la montre — ce qui consomme de la batterie, alors qu'elle est déjà déchargée !

Notons également l'arrivée d'un bouton Aide sur l'application du téléphone, qui permet d'ouvrir la documentation de l'application.

Voilà, j'espère que cette nouvelle version vous plaira 🙂

Jérôme Deuchnord, le 05/06/2016 - Commentaires

Bienvenue sur deuchnord.fr !

Vous ne le saviez peut-être pas, mais bon nombre de mes sites sont hébergés sur LegTux, un très bon hébergeur mutualisé à prix libre que je recommande à quiconque recherche un bon hébergeur. Cependant, pour ma part, je commençais à m'y sentir un peu à l'étroit.

De plus, le nom de domaine deuchnord.tk commençait à m'énerver un poil. Pour ceux qui ne le sauraient pas, l'extension (ou TLD : Top Level Domain) .tk est gratuite, mais souffre également d'une mauvaise réputation, ayant été très utilisée à une époque pour des campagnes de hameçonnage. Pas idéal pour un site de développeur, donc, et un rapide sondage sur Twitter m'a montré que je n'étais pas le seul à le penser.

C'est pourquoi j'ai fini par investir dans un VPS chez OVH ainsi que dans un nom de domaine deuchnord.fr, lesquels accueilleront désormais mon site ainsi que mes projets. D'ailleurs, peut-être ne l'avez-vous pas remarqué, mais je vous ai redirigé dessus ! Sisi !

D'ailleurs, ce n'est pas la seule nouveauté :

  • Le bugs tracker a été complètement refait. L'ancien n'était en effet pas très facile à utiliser et pouvait même décourager certains. J'utilise donc un nouveau CMS, Flyspray, bien plus simple (il a d'ailleurs été conçu dans ce but)
  • Un centre de documentation fait son apparition. C'est peut-être ce qui manquait le plus à mes logiciels : une rubrique d'aide sur laquelle on puisse se documenter en cas de soucis. C'est désormais chose faite !
  • TLS. TLS Everywhere. Désormais, tous les sites que je proposerai seront équipés du chiffrement TLS. En conséquence, la navigation se fera exclusivement par le biais du protocole HTTPS.
    Je tiens au passage d'ailleurs à remercier les génies derrière Let's Encrypt, l'autorité de certification qui m'a permis d'obtenir les certificats gratuitement. Il n'y a encore pas si longtemps que ça, il fallait débourser plusieurs centaines d'euros pour obtenir un certificat de même qualité.

Astronewbie devrait également migrer vers le nouvel hébergement d'ici quelques temps, mais pas dans l'immédiat, car j'aimerais en profiter pour le refondre totalement.

Les applications Android ainsi qu'Hermès devraient pour l'occasion recevoir une mise à jour pour inclure un lien vers la documentation. 🙂

Jérôme Deuchnord, le 03/06/2016 - Commentaires